Job ou la souffrance du juste

J O B

« La souffrance du juste et ses objectifs »

1) Qui était Job ?

L’un des 3 hommes les plus juste de la terre (Ez 14:14).
Son nom signifie « Tourné vers Dieu ».
Son existence est confirmée par le N.T. (Ja 5:11).
Il vivait à « Uts » (nord de l’Arabie).
Il était très riche (Job 1:3) et de statut social noble (Job 29:8).
Son époque (Job 22:16; 42:16): après le déluge et avant la destruction de Sodome et Gomorrhe (peut-être même avant  Abraham).

2) La Théologie de Job

 a) Le Dieu unique et véritable (Job 5:17). Job l’appelle « Tout-Puissant » 31 fois.
b) Dieu est Souverain (Job 1:21; 42:2).
c) L’Avènement du Christ (Job 19:25).
d) La justification (Job 9:2).

3) Le caractère spirituel de Job (Selon Dieu lui-même)

 a) Un homme intègre (voire homme de Dieu 1 Th 6:11 / Pr 10:9 / Ps 37:18)
b) Droit  (Pr 11.3)
c) Craignant Dieu (autre exemple en Né 7:2)
d) Se détournant du mal (Ja 1:13-14 / Ro 12:1-2)
e) Il était aussi un bon père de famille (Job 1:5).

4) Le bonheur de Job, en apparence (Job 30:15)

 a) Sa peur intérieure (Job 3:25 / 1Jn 4:18)
b) Le bonheur apparent dans sa maison: ses enfants (Job 1:5), sa Femme (2:9-10 / Pr 14:1)
c) La fidélité apparente de ses amis (Job 16:2 / Pr 14:20 / Ro 8:33-34)
d) Sa connaissance apparente de Dieu (Job 42:5 / Os 6:3). Dieu lui nous connaît (Ps 103:14)

5) Les Calamités de Job (2 Co 3:8-10)

 a) Calamité Sociale: il est attaqué par les Sabéens (descendance de Cham fils de Noé: Ge 10:7) qui lui volent bœufs, ânesses et chameaux  (Job 1:14, 15, 17).  Aujourd’hui: la violence, le vol, l’homicide.
b) Calamité Surnaturelle: embrasement des brebis et des serviteurs par les éclairs de Dieu (Job 1:16).
c) Calamité Météorologique: un ouragan du désert tue ses enfants (Job 1:19); voir Dieu et la Météo en Mt 5:45.
d) Calamités physiques (Job 2:4-5): sa maladie (Job 2:7),  une souffrance telle, que sa femme lui suggère l’euthanasie (Job 2:9); son apparence était méconnaissable (Job 2:12).

6) L’ Adoration dans la souffrance (Job 1:20-21)

« Le secret de celui qui souffre est d’être un adorateur malgrés sa souffrance ».
L’adoration est le moment le plus sublime de la religion divine, dans le culte; il ne faut pas être prisonnier de la liturgie mais être conduit par l’esprit de Dieu (Ro 12:1-3 / Jn 4:23-24).
Job adorait Dieu dans une espérance contre toute attente (Job 13:15 / Ro 4:18).
Et notre adoration comment est-elle (Es 23:13)? Elle devrait durer jusqu’à la mort (Ps 116:15).

 Les implications de l’adoration sont :

a) La reconnaissance de la souveraineté de Dieu (Ps 24:1).
b) Que Dieu est aux commandes de tout (Job 19:25 / Ps 27/ Ph 1:20)!
c) La joie continuelle en Dieu (Ha 3:18 / Ps 4:8).

7) Place et rôle du diable dans l’épreuve de Job (Hé 2:14)

Qui es le diable? Un ange déchu (Ez 28:16), l’accusateur des saints (Ap 12:10), un voleur (Jn 10:10).
Il entre dans la présence de Dieu (Job 1:6; 2:1).
Il essaye de retenir les réponses à nos prières (Da 10:12-13).
Il est celui qui nous salit (Za 3:1-4), celui qui détourne les bonnes intentions (Ac 5:1-3).
Il veut bloquer nos projets (1Th 2:17-18).
Il sera vaincu à la fin, car c’était un séducteur (Ap 10:7-10).

L’attitude de Job:

Habituellement, dans les litératures dramatique, le méchant n’est vaincu qu’à la fin. Dans le cas de Job, c’est l’inverse qui se produit: il met Satan hors jeu dès le début de l’histoire en ne lui accordant aucune valeur. Job ne tombe pas dans le piège du dualisme (Le bien et le mal, le positif et le négatif…). C’est à nous de vaincre le diable dans nos épreuves et pas à Dieu (Ja 4:7 / Ep 6:10-12)
Pendant tout le reste du livre (du chap.3 au 42), Job ne fait plus aucune mention de Satan.


52 questions posées par Dieu à Job:
32 questions dans le chap. 38, 18 dans le chap. 39, et  2 questions générales au vers.35.
Avant de parler à Job, Dieu lui demande de se « relever » (Job 38:3).  D’autres exemples en  Ez 2:1-2 et De 10:10-11.
Dieu ne parle pas aux hommes dans n’importe quelle situation; avant Il les relève, console ou redresse.
La théologie de Dieu ne consiste pas toujours à nous donner des réponses mais plutôt à nous poser encore plus de questions.
Quand Dieu va parler à Job, on peut imaginer que Job attendait des réponses pour comprendre sa situation. Mais tout au contraire, Dieu lui posera des questions auxquelles il est seul à pouvoir répondre.
Nous naissons avec des questions (nos enfants nous questionnent déjà: la vie, la mort, le sexe etc..).
Nous mourrons sans avoir eu toutes les réponses que nous espérions (Pourquoi? Comment? etc..).
Job pouvait trouver ce qu’il cherchait dans les questions de Dieu.
Quelques questions de Dieu :
A Adam et Eve:   » Où êtes-vous?  » (Ge 3:9). Ils étaient perdus.
Au prophète Elie:  » Que fais-tu ici, Elie?  » (1 R 19:9,13). Sa mission n’était pas finie.
A l’aveugle de Jéricho: « Que veux-tu que je te fasse ?  » (Lu 18:40-43).

Sur les 50 questions on peut voir 4 catégories :
a) La création de la Terre (Job 38:4-7)
« Où étais-tu quand je fondais la terre ? »
b) Les animaux (Job 39:1-33)
« Le Buffle veut-il être à ton service ? »
c) La Souveraineté divine (Job.39.35)
Le créateur défie la créature. Voir l’aveugle de naissance (Jn 9:1-3), Lazare (Jn 11:4), Paul (Ro 9:19-26).
Dieu est éternel (Ps 90:2).
d) La justice divine  (Job 40:3-4)
Lire Ps 89:15, Ap 15:3-4 et So 3:5.
La réaction de Job (Job 39:36-38)

Humilité totale (1Pi 5:6 / Ja 4:10 / Pr 29:23 / Job 22:29).
Dieu s’est servi de la méthode INDUCTIVE pour enseigner Job. (Induction : Manière de raisonner qui consiste à inférer une chose d’une autre, à généraliser à partir de cas singuliers, à aller des effets aux causes.)
Dieu enseigne à Job la grande leçon de l’humilité en le plaçant face à lui.
Job doit se considérer face à l’univers, aux autres créatures et face à Dieu.
Nous avons trop tendance à vouloir avoir raison et nous prendre pour le centre de l’univers.
SOMMES-NOUS VRAIMENT HUMBLES ?  (Mt 5:3)
Il n’y a jamais eu sur cette terre quelqu’un de plus humble que LE FILS DE DIEU.
Naissance (Mangeoire),  Vie (Sans ou reposer sa tête), Mort (Tombeau emprunter).

Quand apprendrons-nous vraiment cette leçon ?