Le Sacerdoce Chrétien

Le Sacerdoce Chrétien  

Méditation sur 1 Pierre 2.5,9

4 Approchez vous de lui, pierre vivante, rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu ;
5  et vous–mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d’offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus–Christ.
9  Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière,

12  Ayez au milieu des païens une bonne conduite, afin que, là même où ils vous calomnient comme si vous étiez des malfaiteurs, ils remarquent vos bonnes œuvres, et glorifient Dieu, au jour où il les visitera.
13 Soyez soumis, à cause du Seigneur, à toute autorité établie parmi les hommes, soit au roi comme souverain,
16  étant libres, sans faire de la liberté un voile qui couvre la méchanceté, mais agissant comme des serviteurs de Dieu.

Les versets 5 et 9 de ce chapitre de Pierre ont très souvent été mal interprétés par beaucoup de chrétiens qui trouvaient là une bonne occasion de s’autoproclamer « indépendant »  quant à avoir une vie d’église ou pire encore voulant justifier certains actes comme baptiser, marier ou autres cérémonies alors qu’en fait  ils ne veulent que s’affranchir des autorités que Dieu établit.
D’abord, la parole de Dieu doit être respectée et entendue dans ce qu’elle dit et non dans ce que nous voudrions qu’elle dise. Une règle d’OR de la compréhension et interprétation biblique c’est de ne JAMAIS établir NI POUR SOI et encore MOINS POUR LES AUTRES un enseignement basé sur un ou deux versets seulement. Il faut respecter dans un texte le CONTEXTE pour cela il faut lire le PRE-TEXTE (Versets qui viennent avant le texte) et le « POST-TEXTE » (versets qui viennent après le texte et qui le suivent).
Après une lecture de TOUT LE TEXTE nous voyons surtout que l’apôtre nous parle ici surtout :

 

« Du privilège d’être chrétien et du devoir d’avoir un bon témoignage »
 Il s’agit donc plus de ce que nous sommes et non de ce que nous faisons.

Rappelons que ce texte nous parle aussi de soumission aux autorités humaines et de ne pas utiliser la liberté que Dieu nous donne par l’excellence de ce que nous sommes et de nous servir de cette liberté à notre guise. D’ailleurs aucun des apôtres ne s’est fait plus libre qu’il n’était mais ils se présentent plutôt comme esclaves, serviteurs des autres et pour les autres.
Enfin nous tacherons aussi d’effacer cette idée que nous devons nous « libérer » parce que nous ne sommes plus sous la loi mais sous la grâce.

La même notion était déjà dans Ancien Testament

La race élue… De 7: 6; voir De 10.15/ Es. 43.20-21 / Ps 22:30/ 33:12 / 73:15  / Es. 41:8  /44:1
Communauté sacerdotale    1Pe 2: 5 / Ex 19:5,6 / Es. 61:6 66:21 / Ap. 1:6 5:10 20:6
Une nation sainte     Ex 19: 5-6 / Ps 106:5 / Es. 26:2 Je 17:19 /1Co 3:17 /2Ti 1:9
Le peuple que Dieu s’est acquit    Es. 43: 21/ De 4:20/ 7:6 /14:2/ 26:18,19 /Ac 20:28 / Eph 1:14
Des ténèbres à la lumière      Es. 9: 1/ Ac 26: 18 / Eph 5: 8 / Col 1: 13

De tout temps que ce soit avant la loi ou après la loi, Dieu a toujours voulu que son peuple soit  Spécial,   car c’est ainsi et non autrement qu’Il le voit.  Israël n’a fait que rater pour un temps sa vocation comme Adam en son temps l’avait fait aussi dans le jardin d’Eden.  Aujourd’hui c’est au tour de l’église de ne pas jouer le rôle qu’elle veut mais celui que Dieu à écrit pour elle. Cette réalité s’inscrit dans trois dimensions :

1)    Celle individuelle du chrétien    (Je dois réussir ma vie personnelle avec Dieu)
2)    Celle Locale de l’église         (Je dois réussir ma communion fraternelle pour servir Dieu)
3)    Celle universelle de l’église        (C’est la réussite de mes réussites en Dieu)

Comprenons donc un peu plus maintenant notre sacerdoce.

Les sacrifices spirituels des sacrificateurs du Nouveau Testament. sont:

1. La présentation de leur corps en sacrifice vivant, saint et agréable à Dieu.
Il s’agit d’un acte d’adoration (Ro 12.1).
2. Le sacrifice de louange.
« C’est-à-dire, le fruit de lèvres qui confessent Son nom » (Heb 13.15/ Je.4.23-24).
3. Le sacrifice des œuvres bonnes.
« N’oubliez pas la bienfaisance… » Ce sacrifice est agréable à Dieu (Heb 13.16).
4. Le sacrifice des biens ou de l’argent.
« N’oubliez pas […] la libéralité. » Ce sacrifice est également agréable au Seigneur (Heb 13.16).
5. Le sacrifice du service.
Paul parle de son ministère auprès des païens comme d’une offrande agréable à Dieu (Ro 15.16).
Ces sacrifices sont agréables à Dieu par Jésus-Christ. C’est seulement par Jésus-Christ, notre Médiateur, que nous pouvons nous approcher de Dieu, et c’est seulement lui qui peut rendre nos offrandes acceptables pour  Dieu. Tout ce que nous faisons -notre adoration et notre service- est imparfait, entaché par le péché. Cependant, il passe par le Seigneur Jésus qui ôte le péché, de sorte qu’il est parfaitement acceptable quand il parvient à Dieu le Père.

Droits et devoirs d’un chrétien

1) Prier Dieu Directement,
2) Offrir à Dieu directement ses sacrifices,
3) Annoncer l’évangile et gagner les âmes directement,
4) Être pardonné de ses péchés directement,
5) Entrer personnellement dans la présence de Dieu et lui parler,
6) Servir Dieu selon le don reçu,
7) Représentant de Dieu sur terre comme son enfant légitime.      Alléluia !!!

Méditer : Ex.20.18-23  (Gn.3.8-10)

Depuis le commencement c’est le peuple qui a choisi de rester loin de Dieu.